jeudi 22 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : le plaidoyer d'ouverture du Gouverneur de la Banque du Canada (3)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.


J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne; celui-ci, le troisième, est un commentaire sur le discours du 28 mars dernier du Gouverneur de la Banque du Canada. Le deuxième porte sur la monnaie, et il a été publié sur ce blog le 15 juin; le premier traite du marché commun, et il a été publié ici le 13 juin.


Dans un discours prononcé en mars dernier*, Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada (BdC), y est allé d'une synthèse sur l'origine de la prospérité des Canadiens. Il y souligne l'importance au début de l'exploitation des ressources naturelles, suivie d'une diversification basée sur les industries de la fabrication. Il néglige toutefois d'examiner la contribution des industries de services, sauf les services de transport et une brève référence aux services financiers. Pourtant, en octobre 2016, le Rapport sur la politique monétaire  de la BdC signale, à juste titre, que les services sont devenus «le moteur de la croissance économique» (encadré 4, page 15).

L'essentiel de son discours porte sur l'importance de l'accès aux marchés extérieurs, de l'immigration et des investissements étrangers dans le développement de l'économie canadienne. C'est en quelque sorte une apologie de l'ouverture, gage de prospérité. Il y signale aussi l'importance de la concurrence dans l'innovation, source de gains de productivité essentiels à une augmentation du niveau de vie.


Le gouverneur Poloz est aussi bien au fait des conséquences de l'automatisation sur les travailleurs, et il juge «...primordial d'utiliser une partie des gains apportés par l'ouverture dans le but d'aider ceux qui peinent à s'ajuster aux forces mondiales.» (page 10 du discours).


* Lien vers le discours du 28 mars 2017 de Stephen S. Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, intitulé «Les 150 ans du Canada : il faut tout un monde pour bâtir une nation» :

jeudi 15 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : la monnaie, du chaos à une politique monétaire (2)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.


J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne; celui-ci, le deuxième, porte sur la monnaie; le premier porte sur le marché commun, et il a été publié sur ce blog le 13 juin.



«Le dollar canadien : une perspective historique»*  est une source de renseignements intéressants sur l'évolution de l'économie canadienne. Par le prisme de la monnaie, on peut examiner les changements survenus dans des politiques ou  des interventions gouvernementales, tout comme dans le rôle du secteur privé dans l'offre de monnaie, en particulier celui des banques.

L'auteur, James Powell, débute par un exposé des moyens d'échange des Premières nations, et il relate aussi ce qu'il en était à l'époque de la colonisation française et britannique. Il y avait en ces temps une multitude de monnaies pour faciliter les échanges. Powell utilise l'expression  «chaos monétaire» (page ii) pour décrire la situation. En période de pénurie de pièces de monnaie, même les jeux de cartes ont été utilisés, comme quoi nos ancêtres savaient innover et faire preuve de débrouillardise.

La monnaie canadienne a vu le jour en 1858, sous forme de «… pièces d'argent et de bronze libellées en cents et portant le mot « Canada »…» (page 26), mais ce n'était pas la seule monnaie utilisée dans la province du Canada, les monnaies américaine et britannique continuant d'y avoir cours légal. Tous les comptes du gouvernement ont été cependant tenus en dollars à compter du 31 décembre 1857. Quant au papier-monnaie, il semble que ce soit seulement à compter de 1866 que le gouvernement de l'Union en émettra par l'intermédiaire de la Banque de Montréal. Toutefois, des billets libellés en dollars et émis par des banques étaient en circulation depuis la première moitié du dix-neuvième siècle, et elles continuèrent d'en émettre jusqu'en... 1944.

La naissance de la monnaie canadienne ne signifie pas pour autant que le Canada Uni dispose d'une politique monétaire pour influencer le cycle économique. C'est plutôt l'amorce d'un encadrement pour mettre de l'ordre dans le fouillis monétaire de l'époque des colonies britanniques de l'Amérique du Nord. Ce premier jalon sera suivi de l'attribution, en 1867, au gouvernement fédéral de la compétence constitutionnelle sur la monnaie et les banques. Naîtront, peu de temps après, les «Billets du Dominion».

L'idée d'une banque centrale au Canada a été proposée au dix-neuvième siècle pour gérer ce qui a trait à la monnaie. Ce sera toutefois dans le sillage de la dépression économique du début des années 1930 où il y aura suffisamment d'appuis à ce projet pour que la Banque du Canada voit le jour en 1935.

Le Canada expérimenta divers régimes pour son dollar, dont l'étalon-or, le taux de change fixe et le dollar flottant. «L'expérience canadienne montre toutefois qu'aucun régime de change n'est parfait.» (page 98).

Les cibles de maîtrise de l'inflation, adoptées depuis les années 1990, semblent donner des résultats plus efficaces que le contrôle de la croissance de la masse monétaire pour juguler l’inflation. Leurs résultats sont aussi plus convaincants que le contrôle des prix et des salaires instauré au milieu des années 1970. James Powell termine comme suit son histoire du dollar canadien :

«Ce n’est qu’à la suite de l’établissement d’un régime monétaire cohérent que la Banque du Canada a été en mesure de mettre à profit son indépendance en matière de politique monétaire. Elle a pu alors se concentrer sur la protection du pouvoir d’achat intérieur du dollar canadien par le maintien du taux d’inflation à de bas niveaux, tout en permettant à la valeur externe de la monnaie de s’adapter aux chocs.» (page 99)

En outre, la politique monétaire joue désormais un rôle important pour atténuer les fluctuations des cycles économiques, alors qu’elle a pu jadis contribuer à les accentuer. En revanche, les variations importantes de la valeur du dollar canadien, notamment par rapport à celui des États-Unis, au cours des dernières décennies, posent des défis considérables aux entreprises et aux individus qui commercent, investissent ou voyagent à l’étranger.



* Lien vers le livre sur l'histoire du dollar canadien :


mardi 13 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : un marché commun à créer et à parfaire (1)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.

J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne. Voici le premier portant sur l'union économique ou le marché commun.


À compter de 1846, le Royaume-Uni est devenu libre-échangiste. Les colonies britanniques de l'Amérique du Nord ont alors perdu leur accès préférentiel à ce marché. Pour compenser, le gouvernement britannique a négocié pour ses colonies un accès préférentiel pour leurs ressources au marché des États-Unis. Le Traité de réciprocité commerciale qui en a découlé n'aura toutefois été en vigueur qu'une dizaine d'années (1855 à 1866).

En unifiant ces colonies en un pays, la Confédération est venue, entre autres, établir les bases du marché commun canadien et de sa politique commerciale. Un nouveau marché était ainsi créé. Les droits de douane, principal obstacle artificiel au commerce à l'époque, y ont été prohibés dans le commerce interprovincial. En outre, faute de pouvoir rétablir la réciprocité commerciale entre le Canada et les États-Unis, le gouvernement fédéral adopta, à compter des années 1870, diverses mesures qui en sont venues à constituer sa «Politique nationale».

Cette politique comportait, entre autres, une augmentation importante des droits de douane sur les importations de produits manufacturés pour favoriser le développement au Canada d'industries productrices de biens de consommation et de biens d'équipement pour les besoins du marché intérieur. Elle mettait aussi l'accent sur les infrastructures portuaires et ferroviaires ainsi que sur le peuplement de l'Ouest canadien en encourageant l'immigration. Cette politique façonnera le développement économique du Canada pendant des générations.

Avec le temps, pour diverses raisons, les gouvernements ont aussi adopté des mesures qui en sont venues à constituer des entraves internes à la libre circulation des biens, des services ou des personnes. Néanmoins, il est relativement moins contraignant pour les entreprises de transiger d’une province à l’autre qu’avec l’étranger.

Le mur tarifaire de la Politique nationale s'est toutefois graduellement érodé à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle. Ont notamment contribué à cette érosion les résultats des négociations commerciales multilatérales tenues sous l'égide de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (maintenant partie intégrante des Accords de l’Organisation mondiale du commerce), et l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, devenu l'Accord de libre-échange nord-américain. Le recours à des obstacles non-tarifaires au commerce a aussi été encadré par ces divers accords.

Ces accords internationaux ont suscité des négociations visant à améliorer l’union économique au Canada, ce qui a donné naissance à l’Accord sur le commerce intérieur (1995). L’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne ainsi que le cent cinquantième anniversaire du Canada ont amené les gouvernements fédéral, des provinces et des territoires à aller plus avant en concluant l’Accord de libre-échange canadien (2017) qui entrera en vigueur le premier juillet.

Bien qu’il y ait eu des progrès notables, l’union économique au Canada demeure une œuvre inachevée à certains égards. Les efforts subséquents de libéralisation des échanges internes pourraient toutefois recevoir un coup de pouce de la Cour suprême. En effet, la Cour a accepté d’entendre la cause d’un résident du Nouveau-Brunswick qui a acheté de la bière au Québec pour consommation dans sa province, ce qui y est considéré illégal. La Cour a ainsi la possibilité de donner une interprétation moderne de la prohibition des droits de douane dans le commerce intérieur. Son jugement pourrait donc contribuer à faire tomber des obstacles aux échanges internes.


Bien des politiques, stratégies ou mesures peuvent aujourd'hui avoir des conséquences similaires à la Politique nationale même si elles n'y sont pas explicitement associées. Pensons à la gestion de l'offre de certains produits agricoles, aux restrictions à l'exportation de billes de bois, aux restrictions à la propriété étrangère de banques, de services de télécommunications ou de compagnies de transport aérien, aux restrictions au contenu étranger chez les diffuseurs à la télévision et à la radio, à l'exclusion de la santé, de la culture ou de l'éducation des engagements du Canada dans le cadre des accords commerciaux auxquels il adhère. Les programmes récents et à venir d’amélioration des infrastructures peuvent aussi être associés à l’idée d’une politique nationale visant à améliorer les échanges tant à l’interne qu’à l’externe, bien qu’ils n’aient pas la saveur protectionniste des exemples précédents.

Ainsi, le Canada, gouvernements fédéral et des provinces, continue de concilier l’ouverture aux échanges et la protection de certaines activités de la concurrence ou de la propriété étrangères dépendant des besoins de son économie et de ses priorités sur le plan du développement socio-économique.

Enfin, rappelons que la libéralisation des échanges internationaux du Canada et l’amélioration de l’union économique canadienne étaient partie intégrante des recommandations de la Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada, dont le rapport final a été publié en septembre 1985. Comme quoi ce ne sont pas tous les rapports qui sont destinés à la «tablette».


Coup d'oeil sur les perspectives de l'économie mondiale en 2017

Les résultats les plus récents des enquêtes mensuelles de IHS Markit auprès des gestionnaires d'approvisionnement des entreprises indiquent que l'économie mondiale croît à un rythme modéré ces temps-ci.
















Les indicateurs avancés mensuels de l'OCDE, publiés le 12 juin, laissent croire que ce rythme de progression continuera au cours des prochains mois

http://www.oecd.org/fr/std/indicateurs-avances/indicateurs-composites-avances-de-l-ocde-mise-a-jour-juin-2017.htm

D'ailleurs, dans sa plus récente analyse des perspectives économiques, l'OCDE prévoit que le PIB réel mondial progressera de 3,5 % cette année. Ce serait nettement mieux qu'en 2016 (3,0 %) et 2015 (3,1 %), mais inférieur à la tendance historique ( un peu moins de 4 %).

http://www.oecd.org/fr/economie/une-embellie-bienvenue-mais-insuffisante-de-nouvelles-approches-sont-necessaires-pour-mettre-la-mondialisation-au-service-de-tous.htm

Le prochain coup de sonde quant aux perspectives de l'économie mondiale proviendra du FMI alors que ses économistes mettront à jour, en juillet prochain, leurs perspectives de l'économie mondiale.