jeudi 22 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : le plaidoyer d'ouverture du Gouverneur de la Banque du Canada (3)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.


J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne; celui-ci, le troisième, est un commentaire sur le discours du 28 mars dernier du Gouverneur de la Banque du Canada. Le deuxième porte sur la monnaie, et il a été publié sur ce blog le 15 juin; le premier traite du marché commun, et il a été publié ici le 13 juin.


Dans un discours prononcé en mars dernier*, Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada (BdC), y est allé d'une synthèse sur l'origine de la prospérité des Canadiens. Il y souligne l'importance au début de l'exploitation des ressources naturelles, suivie d'une diversification basée sur les industries de la fabrication. Il néglige toutefois d'examiner la contribution des industries de services, sauf les services de transport et une brève référence aux services financiers. Pourtant, en octobre 2016, le Rapport sur la politique monétaire  de la BdC signale, à juste titre, que les services sont devenus «le moteur de la croissance économique» (encadré 4, page 15).

L'essentiel de son discours porte sur l'importance de l'accès aux marchés extérieurs, de l'immigration et des investissements étrangers dans le développement de l'économie canadienne. C'est en quelque sorte une apologie de l'ouverture, gage de prospérité. Il y signale aussi l'importance de la concurrence dans l'innovation, source de gains de productivité essentiels à une augmentation du niveau de vie.


Le gouverneur Poloz est aussi bien au fait des conséquences de l'automatisation sur les travailleurs, et il juge «...primordial d'utiliser une partie des gains apportés par l'ouverture dans le but d'aider ceux qui peinent à s'ajuster aux forces mondiales.» (page 10 du discours).


* Lien vers le discours du 28 mars 2017 de Stephen S. Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, intitulé «Les 150 ans du Canada : il faut tout un monde pour bâtir une nation» :

jeudi 15 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : la monnaie, du chaos à la recherche d'une politique monétaire efficace (2)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.


J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne; celui-ci, le deuxième, porte sur la monnaie; le premier porte sur le marché commun, et il a été publié sur ce blog le 13 juin.



  
L’histoire du dollar et de la politique monétaire comportent des renseignements intéressants sur l'évolution de l'économie canadienne. Par le prisme de la monnaie, on peut examiner des changements dans des stratégies gouvernementales. James Powell a étudié de fond en comble cette histoire dans son livre intitulé «Le dollar canadien : une perspective historique», et ce commentaire-ci s’en inspire grandement.


Un fouillis à organiser

Powell examine les moyens d'échange des Premières nations et ceux de l'époque de la colonisation française et britannique. Il y a en ces temps une multitude de monnaies de diverses origines en circulation. Il utilise l'expression  «chaos monétaire» (page ii) pour décrire la situation. En période de pénurie de pièces de monnaie, même les jeux de cartes ont été utilisés, comme quoi nos ancêtres savaient innover et se débrouiller.

Ce billet, émis en 1837, illustre bien la multitude de monnaies utilisées au Bas-Canada durant la première moitié du dix-neuvième siècle.*



Au milieu du dix-neuvième siècle, l’heure des choix a sonné. Le gouvernement du Canada-Uni décide de tenir ses comptes en dollars, et non pas en livres, à compter du 31 décembre 1857. La monnaie canadienne voit le jour en 1858, sous forme de «… pièces d'argent et de bronze libellées en cents et portant le mot « Canada »…» (page 26). (Les monnaies américaine et britannique continuent toutefois d'avoir cours légal et ce, jusque dans les années 1930.) Ces décisions déçoivent les dirigeants de la métropole britannique; ils préfèrent que la colonie utilise la livre, devise de l’empire, mais le dollar s’impose puisque les échanges se font, plus souvent qu’auparavant, dans cette monnaie reflétant ainsi le développement des affaires avec les États-Unis où le dollar est la monnaie officielle depuis la fin du dix-huitième siècle.

Quant au papier-monnaie, le gouvernement du Canada-Uni en émet, libellés en dollars, à compter de 1866, par l'intermédiaire de la Banque de Montréal. Toutefois, des billets libellés en dollars, entre autres, et émis par des banques sont en circulation depuis la première moitié du dix-neuvième siècle, et elles continuent d'en émettre jusqu'en…1944, bien que ce droit ait été auparavant graduellement restreint.


La Confédération de 1867 vient s’ajouter aux décisions antérieures pour mettre de l'ordre dans le fouillis monétaire des colonies.  L’Acte de l’Amérique du Nord britannique attribue au gouvernement fédéral la compétence constitutionnelle sur la monnaie et les banques, ce qui permet d’uniformiser graduellement les pratiques dans ces domaines. Apparaissent, peu de temps après, la Loi des banques et les Billets du Dominion. Ces billets sont remplacés en 1935 par ceux  de la Banque du Canada (la Banque) qui vient tout juste de voir le jour dans le sillage de la Grande dépression économique du début des années 1930.

Une politique monétaire en évolution


Le Canada expérimente divers régimes pour son dollar, dont l'étalon-or, le taux de change fixe et le dollar flottant. «L'expérience canadienne montre toutefois qu'aucun régime de change n'est parfait.» (page 98).


L’étalon-or, soit la possibilité de convertir la monnaie en or selon un taux fixe, en vigueur de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle au début du vingtième, offre peu  de flexibilité pour adapter l’économie aux changements, particulièrement en période de difficultés importantes. En revanche, il donne de la crédibilité à la monnaie et il suscite la confiance.

Les parités fixes, mais ajustables, des monnaies nationales par rapport au dollar américain, après la deuxième guerre mondiale, redonnent confiance en la valeur de la monnaie après les épisodes de dévaluation dans bien des pays dans le contexte de la Grande dépression et de la guerre. Tout comme l’étalon-or, elles ne laissent pas suffisamment de marge de manœuvre pour apporter des ajustements advenant des chocs de diverses natures.

Pour le Canada, la flexibilité et l’autonomie monétaires passent finalement par le flottement de la valeur de son dollar par rapport à celle des autres devises. Il est d’ailleurs précurseur en la matière puisque la monnaie flottante est devenue la norme dans le monde depuis que les États-Unis ont abandonné la convertibilité-or de leur dollar au début des années 1970.

Le dollar flottant, le contrôle des prix et des salaires, instauré au milieu des années 1970, et la gestion de la croissance de la masse monétaire ne sont pas suffisants pour contenir l’inflation. Au tournant des années 1980, à l’instar de la Réserve fédérale américaine, la Banque augmente les taux d’intérêt : le taux d’escompte atteint 21 % en août 1981, du jamais vu depuis la création de la Banque. Sa politique monétaire restrictive contribue à précipiter l’économie canadienne dans une récession sévère. En revanche, le taux d’inflation diminue de façon importante.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, la Banque adopte de nouveau une politique monétaire restrictive (le taux d’escompte culmine à 14 % en mai 1990) afin de donner un nouveau coup de barre pour contrer la hausse des prix. L’économie est de nouveau en récession sévère, et c’est d’ailleurs la plus longue depuis la Grande dépression. En 1991, le gouvernement fédéral et la Banque ajoutent à leur arsenal en adoptant une stratégie de ciblage de l’inflation. La cible est établie à 2 %, et elle y demeurera jusqu’à au moins la fin de 2021. La stratégie de lutte à l’inflation de l’époque vient  briser de façon durable les anticipations d'augmentation des prix avec comme résultat que, depuis 1992, en variation annuelle moyenne, la hausse de l’indice des prix à la consommation demeure en-deça de 3,0 %.



Le rythme de progression des prix étant conforme aux attentes des autorités monétaires, la Banque adopte une politique monétaire expansionniste à compter de 2008 dans un contexte de récession et de crise financière, notamment aux États-Unis et en Europe. La reprise et l’expansion modestes qui s’installent à compter de la mi-année 2009 amènent la Banque à maintenir les taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas. Cela contribue à l’endettement des ménages et à une hausse des prix des actifs, notamment dans le secteur résidentiel. Ces bas taux d’intérêt sont loin d’encourager l’épargne, et ils contribuent à une diversification des placements vers des investissements risqués. Ce qui peut laisser croire à un préjugé favorable à l’endettement au détriment de l’épargne, peut aussi laisser présager les problèmes de demain sur le plan de la politique monétaire.

En 2005, James Powell résume ainsi l’expérience canadienne :

«Ce n’est qu’à la suite de l’établissement d’un régime monétaire cohérent que la Banque du Canada a été en mesure de mettre à profit son indépendance en matière de politique monétaire. Elle a pu alors se concentrer sur la protection du pouvoir d’achat intérieur du dollar canadien par le maintien du taux d’inflation à de bas niveaux, tout en permettant à la valeur externe de la monnaie de s’adapter aux chocs.» (page 99)

Douze ans plus tard, ce constat est encore valable. On peut y ajouter que, même si elle a gagné en autonomie dans le temps, la politique monétaire du Canada est influencée par celle de son principal partenaire économique, les États-Unis. En outre, la Banque dispose encore d’une marge de manœuvre pour intervenir advenant des chocs économiques importants. Le recours à l’augmentation de la masse monétaire par l’achat massif de titres de dettes publiques ou privées, soit l’assouplissement quantitatif, n’est pas exclu.

Des défis à relever


Le principal défi des autorités monétaires ces temps-ci consiste à mettre fin graduellement à la détente monétaire. La Banque joue prudemment afin de ne pas mettre en péril l’expansion économique dans un contexte où persistent de nombreux risques et incertitudes.

En outre, les crypto-monnaies (bitcoins, etc.) peuvent contribuer à décentraliser l’offre de monnaie après 150 ans d’efforts pour la centraliser. C’est une concurrence inédite pour les banques centrales, mais aussi un éventuel outil de politique monétaire, tout comme l’avènement d’autres technologies financières et bancaires (les Fintech) qui nécessitent des ajustements sur le plan de l’encadrement et des normes. Elles peuvent être à la fois source de perturbations et de «destruction créatrice».


Quant aux variations importantes de la valeur du dollar canadien, notamment par rapport à celui des États-Unis, au cours des dernières décennies, elles constituent tout un défi pour les entreprises et les individus qui commercent, investissent ou voyagent à l’étranger. La Banque a lancé la serviette à ce sujet; elle a cessé, à compter d’août 1998, d’intervenir sur le marché des changes pour contrer les variations importantes du dollar. Sa valeur reste fortement influencée par l’évolution du prix des produits à base de ressources exportés, en particulier le pétrole, et l’écart des taux d’intérêt entre le Canada et les États-Unis.

En somme, la monnaie et la politique monétaire évoluent en tenant compte des circonstances, des connaissances, des priorités et des développements technologiques. Elles n’ont rien d’immuable et il est vraisemblablement mieux qu’il en soit ainsi.



*Plusieurs exemples de billets de banque de la première moitié du dix-neuvième siècle apparaissent sur la page Internet de l’exposition «1792 – Naissance d’un Parlement» présentée à l’Hôtel du Parlement de Québec. 

mardi 13 juin 2017

150 ans d'économie au Canada : un marché commun à créer et à parfaire (1)

Les 150 ans de la Confédération en 2017 sont une occasion de se remémorer l'évolution du Canada à bien des égards, et l'économie ne fait pas exception.

J’ai préparé de brefs articles pour mettre en perspective l’histoire de l’économie canadienne. Voici le premier portant sur l'union économique ou le marché commun.


À compter de 1846, le Royaume-Uni est devenu libre-échangiste. Les colonies britanniques de l'Amérique du Nord ont alors perdu leur accès préférentiel à ce marché. Pour compenser, le gouvernement britannique a négocié pour ses colonies un accès préférentiel pour leurs ressources au marché des États-Unis. Le Traité de réciprocité commerciale qui en a découlé n'aura toutefois été en vigueur qu'une dizaine d'années (1855 à 1866).

En unifiant ces colonies en un pays, la Confédération est venue, entre autres, établir les bases du marché commun canadien et de sa politique commerciale. Un nouveau marché était ainsi créé. Les droits de douane, principal obstacle artificiel au commerce à l'époque, y ont été prohibés dans le commerce interprovincial. En outre, faute de pouvoir rétablir la réciprocité commerciale entre le Canada et les États-Unis, le gouvernement fédéral adopta, à compter des années 1870, diverses mesures qui en sont venues à constituer sa «Politique nationale».

Cette politique comportait, entre autres, une augmentation importante des droits de douane sur les importations de produits manufacturés pour favoriser le développement au Canada d'industries productrices de biens de consommation et de biens d'équipement pour les besoins du marché intérieur. Elle mettait aussi l'accent sur les infrastructures portuaires et ferroviaires ainsi que sur le peuplement de l'Ouest canadien en encourageant l'immigration. Cette politique façonnera le développement économique du Canada pendant des générations.

Avec le temps, pour diverses raisons, les gouvernements ont aussi adopté des mesures qui en sont venues à constituer des entraves internes à la libre circulation des biens, des services ou des personnes. Néanmoins, il est relativement moins contraignant pour les entreprises de transiger d’une province à l’autre qu’avec l’étranger.

Le mur tarifaire de la Politique nationale s'est toutefois graduellement érodé à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle. Ont notamment contribué à cette érosion les résultats des négociations commerciales multilatérales tenues sous l'égide de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (maintenant partie intégrante des Accords de l’Organisation mondiale du commerce), et l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis, devenu l'Accord de libre-échange nord-américain. Le recours à des obstacles non-tarifaires au commerce a aussi été encadré par ces divers accords.

Ces accords internationaux ont suscité des négociations visant à améliorer l’union économique au Canada, ce qui a donné naissance à l’Accord sur le commerce intérieur (1995). L’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne ainsi que le cent cinquantième anniversaire du Canada ont amené les gouvernements fédéral, des provinces et des territoires à aller plus avant en concluant l’Accord de libre-échange canadien (2017) qui entrera en vigueur le premier juillet.

Bien qu’il y ait eu des progrès notables, l’union économique au Canada demeure une œuvre inachevée à certains égards. Les efforts subséquents de libéralisation des échanges internes pourraient toutefois recevoir un coup de pouce de la Cour suprême. En effet, la Cour a accepté d’entendre la cause d’un résident du Nouveau-Brunswick qui a acheté de la bière au Québec pour consommation dans sa province, ce qui y est considéré illégal. La Cour a ainsi la possibilité de donner une interprétation moderne de la prohibition des droits de douane dans le commerce intérieur. Son jugement pourrait donc contribuer à faire tomber des obstacles aux échanges internes.


Bien des politiques, stratégies ou mesures peuvent aujourd'hui avoir des conséquences similaires à la Politique nationale même si elles n'y sont pas explicitement associées. Pensons à la gestion de l'offre de certains produits agricoles, aux restrictions à l'exportation de billes de bois, aux restrictions à la propriété étrangère de banques, de services de télécommunications ou de compagnies de transport aérien, aux restrictions au contenu étranger chez les diffuseurs à la télévision et à la radio, à l'exclusion de la santé, de la culture ou de l'éducation des engagements du Canada dans le cadre des accords commerciaux auxquels il adhère. Les programmes récents et à venir d’amélioration des infrastructures peuvent aussi être associés à l’idée d’une politique nationale visant à améliorer les échanges tant à l’interne qu’à l’externe, bien qu’ils n’aient pas la saveur protectionniste des exemples précédents.

Ainsi, le Canada, gouvernements fédéral et des provinces, continue de concilier l’ouverture aux échanges et la protection de certaines activités de la concurrence ou de la propriété étrangères dépendant des besoins de son économie et de ses priorités sur le plan du développement socio-économique.

Enfin, rappelons que la libéralisation des échanges internationaux du Canada et l’amélioration de l’union économique canadienne étaient partie intégrante des recommandations de la Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada, dont le rapport final a été publié en septembre 1985. Comme quoi ce ne sont pas tous les rapports qui sont destinés à la «tablette».


Coup d'oeil sur les perspectives de l'économie mondiale en 2017

Les résultats les plus récents des enquêtes mensuelles de IHS Markit auprès des gestionnaires d'approvisionnement des entreprises indiquent que l'économie mondiale croît à un rythme modéré ces temps-ci.
















Les indicateurs avancés mensuels de l'OCDE, publiés le 12 juin, laissent croire que ce rythme de progression continuera au cours des prochains mois

http://www.oecd.org/fr/std/indicateurs-avances/indicateurs-composites-avances-de-l-ocde-mise-a-jour-juin-2017.htm

D'ailleurs, dans sa plus récente analyse des perspectives économiques, l'OCDE prévoit que le PIB réel mondial progressera de 3,5 % cette année. Ce serait nettement mieux qu'en 2016 (3,0 %) et 2015 (3,1 %), mais inférieur à la tendance historique ( un peu moins de 4 %).

http://www.oecd.org/fr/economie/une-embellie-bienvenue-mais-insuffisante-de-nouvelles-approches-sont-necessaires-pour-mettre-la-mondialisation-au-service-de-tous.htm

Le prochain coup de sonde quant aux perspectives de l'économie mondiale proviendra du FMI alors que ses économistes mettront à jour, en juillet prochain, leurs perspectives de l'économie mondiale.

mardi 16 mai 2017

Économie du Québec : croissance soutenue au cours des mois à venir, selon l'IPD

L'Indice précurseur Desjardins (IPD), publié le 15 mai, laisse présager que l'économie du Québec poursuivra sa phase d'expansion à un rythme soutenu au cours des prochains mois. D'ailleurs, déjà en avril dernier, les économistes de Desjardins prévoyaient que le PIB réel du Québec va croître de 2 % en 2017.



jeudi 11 mai 2017

Croissance modérée de l'économie mondiale en 2017

Les enquêtes auprès des gestionnaires d'approvisionnement de IHS Markit laissent croire que l'économie mondiale a connu une croissance modérée au cours des quatre premiers mois de 2017.

https://www.markiteconomics.com/Survey/PressRelease.mvc/8f2bc4e8a08648c98b02173d4e39e361

Les indicateurs précurseurs de l'évolution de l'économie, publiés par l'OCDE, laissent présager qu'il y aura une progression tout aussi modérée de l'activité d'ici la fin de l'année.

http://www.oecd.org/fr/std/indicateurs-avances/OECD-CLI-05-17-fr.pdf

Ainsi, la plus récente prévision du FMI quant à la croissance du PIB mondial cette année, soit 3,5 %, pourrait bien se réaliser. Ce serait mieux qu'en 2016 (3,1 %), mais similaire aux taux obtenus de 2012 à 2015.

http://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2017/04/04/world-economic-outlook-april-2017



lundi 10 avril 2017

Économie mondiale : croissance modérée au cours des mois à venir

L'OCDE a publié le 10 avril ses données mensuelles sur les indicateurs avancés de l'évolution de l'économie mondiale. Ces indicateurs pointent vers un rythme modéré d'expansion au cours des mois à venir. Dans la zone OCDE, la croissance sera stable, alors que les perspectives s'améliorent pour des économies dites émergentes comme la Chine, la Russie et le Brésil.

















http://www.oecd.org/fr/std/indicateurs-avances/OECD-CLI-04-17-fr.pdf


Quant aux enquêtes de IHS Markit auprès des gestionnaires d'approvisionnement, elles indiquent que la croissance mondiale a progressé à un  rythme soutenu au premier trimestre de cette année et que cette tendance devrait se poursuivre à court terme.










































https://www.markiteconomics.com/Survey/PressRelease.mvc/eb0ab4fc46f74ced811c1e9e1afc4664


Le FMI, pour sa part, publiera au cours des prochains jours son édition semestrielle des Perspectives de l'économie mondiale, ce qui nous permettra de mieux jauger ce qui nous attend pour l'ensemble de 2017 ainsi qu'en 2018, en particulier les risques géopolitiques.







vendredi 24 mars 2017

L'économie américaine, quel sera son rythme d'expansion en 2017?

Divers organismes ont récemment révisé leur prévision de croissance de l'économie des États-Unis. Tous prévoient une nette amélioration par rapport à 2016 (1,6 %).

L'OCDE estime à 2,4 % la croissance du PIB américain  cette année. Le FMI prévoyait 2,3 % en janvier dernier. Le Conference Board est un peu moins optimiste : 2,1 %. Les 42 prévisionnistes consultés par la Réserve fédérale de Philadelphie arrivent à une probabilité qu'elle soit à 2,3 %. Les organismes consultés mensuellement par The Economist ont des projections se situant dans un intervalle allant de 1,7 % à 2,8 % (moyenne de 2,3 %).

Les membres du Comité de direction et les Présidents des banques régionales de la Réserve fédérale arrivent à un taux médian de 2,1 %, l'intervalle des projections allant de 1,7 % à 2,3 % (soulignons ici qu'il s'agit de projections de variations entre le quatrième trimestre de 2016 et le quatrième de 2017).

L'indice des indicateurs avancés de l'évolution de l'économie américaine, calculé par le Conference Board, pointe vers une croissance à tout le moins modérée au cours des mois à venir.

Pour l'instant, les résultats des enquêtes de IHS Markit (indices PMI) auprès des gestionnaires d'approvisionnement  des entreprises américaines laissent entrevoir que la croissance au premier trimestre est en deça du rythme nécessaire pour atteindre une croissance annuelle d'au moins 2,0 %. Sur la base des données économiques disponibles, le Conference Board va aussi dans ce sens.

Il faudrait donc que la croissance des trois prochains trimestres soit particulièrement forte pour que les projections de 2,3 % ou 2,4 % se réalisent.  Rappelons que, depuis 2010, la croissance annuelle du PIB américain a oscillé entre 1,6 % (2011 et 2016) et 2,6 % (2015). Ainsi, ça prendra tout un tour de force pour que les prévisions de croissance  de l'Administration Trump (au-delà de 3 %, et même 4 %) deviennent réalité.

lundi 13 mars 2017

Le rythme de croissance de l'économie du Québec...

...devrait être assez solide au cours des mois à venir si l'on se fie à l'évolution de l'Indice précurseur Desjardins. Cet indice a progressé pour un neuvième mois consécutif, selon l'information publiée le 13 mars sur le site Internet de Desjardins.



vendredi 3 mars 2017

L'expansion de l'économie mondiale s'est poursuivie en février, mais...

...à un rythme légèrement inférieur à celui de janvier dernier, selon les plus récents résultats des enquêtes de IHS Markit auprès des gestionnaires d'approvisionnement.

Lien vers le communiqué du 3 mars de IHS Markit :
https://www.markiteconomics.com/Survey/PressRelease.mvc/6a45959d0434499fac8322b4b12099b3